Chökhor Ling

Enseignements

Nagarjuna Comprendre comment fonctionne Esprit

Suivre la voie du Bouddha

Le bouddhisme n'est pas un phénomène de mode, encore moins un “lieu” de promenade touristique ou mondaine. C'est un chemin de développement de la conscience, une voie de transformation vers l'amélioration. C'est aussi et surtout le moyen de rencontrer la véritable nature de l'être.

Les 9 boucles de l'Eveil de Conscience

Cette expérience méditative a pour but de préparer les différents niveaux de conscience à l'état de méditation sans obstructions, c'est-à-dire débarrassé des perturbations mentales. Les trois poisons de l'esprit : l'ignorance, le désir-attachement et l'aversion constituent les empêchements à l'obtention du calme mental indispensable à la méditation.

Le service silencieux de Chökhor Ling

La communauté monastique de Chökhor Ling propose à tous ceux qui en font la demande, un service d’aide par la prière et la méditation sous forme de neuvaines (pratiques durant neuf jours consécutifs). 

Le centre bouddhiste Chökhor Ling dans la Vienne (86)

“Chökhor Ling” signifie “Le jardin de la roue du Dharma” en tibétain. L’expression “tourner la roue du Dharma” remonte au temps où le Bouddha décida d’enseigner les expériences qui le menèrent à l’Éveil. Cette transmission phénoménale se veut toujours d’actualité et même plus que jamais dans un monde en plein bouleversement et en quête de bonheur. Aujourd’hui, les centres bouddhistes sont les vitrines des enseignements.

L’illumination de Noël

La fête de Noël célèbre la naissance du Christ, incarnation de la sagesse et de la compassion. En tant que bouddhistes ayant reçu une éducation religieuse catholique, il est permis de rechercher le sens ultime du fils de Dieu au-delà du mystère qui l’entoure.

Vivre et mourir

Il est ô combien difficile de trouver les mots propices à l’apaisement du désarroi et du chagrin de ceux qui assistent au départ d’un être cher. Les proches essaient de se consoler mutuellement comme ils peuvent sans pour autant trouver de sens à leur souffrance. Il serait de bien loin préférable d’entendre le message d’amour universel délivré par n’importe quel être, après qu’il eut quitté son corps en franchisant les barrières de la mort.

Créer les causes d’une vie heureuse

Pour obtenir le bonheur, il convient d’accumuler suffisamment de mérites. Cela consiste en la réunion d’actions favorables nanties d’une pure motivation propres à faire jaillir un bon karma. La pratique de la générosité par les offrandes aux Trois Joyaux et à la communauté monastique, l’édification de stupas, de monastères et de temples, l’engagement dans l’enseignement de la parole du Bouddha permettent de rassembler les mérites qui favoriseront la vie des pratiquants sincères et réduiront les obstacles sur le chemin de l’Éveil.

Rester relié

Le temps passe qui emporte chaque instant sans laisser d’autres traces que le souvenir et l’apparence plus ou moins manifestée d’un vécu promptement effacé. Mais où passent nos histoires de vie, d’un jour à l’autre ? Dans quel monde inconnu déposent-elles leurs empreintes ? Est-il bien nécessaire de regretter l’inexistant ? Où peut-on retrouver ce qui semble tant nous manquer lorsqu’un événement bienheureux s’est dilué dans le passé ? Le sujet ici concerne directement nos expériences de vie spirituelle.

La lignée Shangpa Kagyu

Dans le contexte du bouddhisme et particulièrement dans le bouddhisme Vajrayana, la lignée est ce qui garantit l’intégrité de la transmission. Depuis l’époque du Bouddha Shakyamuni, chaque maître d’une lignée réalise pleinement une instruction spécifique, une méthode ou une expérience intérieure, et la transmet à son disciple. Il incombe à ce dernier, à son tour, de mettre en application, de pratiquer et de réaliser son enseignement jusqu’à ce qu’il en obtienne la maîtrise. Ce nouveau “maître” transmet alors à ses propres disciples. De génération en génération, les instructions maintiennent ainsi la vitalité de l’expérience directe. Une lignée incarne donc un processus fondamental par lequel des pratiquants perpétuent l’intégrité des enseignements.

Être bouddhiste en 2010

La voie tracée par le Bouddha et commentée par ses enseignements indique tous les aspects de la réalité. Au bout de ce chemin de vie, lorsque toute confusion au sujet du monde, des êtres et de soi-même est éliminée, l’Éveil déchire le dernier voile de l’ignorance et la réalité ultime apparaît.

S’engager dans une retraite spirituelle

Il y a plusieurs manières d'envisager une retraite. Mais qu'elle soit longue ou de courte durée, silencieuse, solitaire ou en groupe, la retraite est toujours un moment privilégié. Un temps hors du temps qui permet dans tous les cas de figure d'intégrer les concepts et de les transformer.

L'initiation bouddhiste

Une description schématisée de l'initiation pour permettre à l'esprit du chercheur de découvrir ou de rafraîchir sa mémoire sur le sens d'une démarche en corrélation avec celui de sa propre existence.

Les 3 nobles principes

Dans l'enseignement du Bouddha existent trois principes à respecter dans toutes les activités spirituelles. Ce sont eux qui vont faire la différence entre une pratique authentique du Mahayana et un comportement tourné vers l'acquisition de bienfaits personnels, soit un moyen d'accéder à la tranquillité, une existence plus sereine, etc. et s'en tenir là. Ces principes sont contenus dans leur qualification de "Bon au début", "Bon au milieu", "Bon à la fin".

Les fondements de l'enseignement

Courtes formules traditionnelles à réfléchir et à mettre en pratique pour avancer sur la voie spirituelle avec la conscience de ne pas se perdre en chemin.

L'écoute, la réflexion, la méditation

Pour ceux que la voie du Bouddha inspire et qui se sentent prêts à suivre sa guidance, la progression s’accomplira par l’écoute attentive des enseignements, la réflexion individuelle et partagée en groupe et la méditation pour élargir, pacifier et stabiliser le champ de vision de son propre esprit. Le but étant d’éliminer les causes des souffrances et d’accumuler celles du bonheur pour le bénéfice de tous les êtres autant que pour soi-même.